Dépistage de la COVID-19 dans les quartiers d’Ottawa

Le dépistage est essentiel pour surveiller la COVID-19 dans notre communauté. La carte ci-dessous donne un aperçu du taux de dépistage et du pourcentage de positivé dans les quartiers de la ville. Le risque de propagation de la COVID-19 est le même d’un quartier à l’autre, quel que soit le pourcentage de positivité. Santé publique Ottawa (SPO) communique ces données par souci de transparence, et elle s’est associée à l’Étude des quartiers d’Ottawa (ÉQO) à cette fin. SPO continue de travailler avec ses partenaires pour veiller à répondre aux besoins des collectivités d’Ottawa.

Ces renseignements doivent être communiqués tout en tenant compte du fait qu’ils pourraient stigmatiser certaines personnes et communautés touchées par la pandémie de COVID-19. Veuillez prendre quelques minutes pour consulter l’énoncé de position de SPO – Stigmatisation et COVID-19 Opens in a new window qui fournit des conseils sur le langage à utiliser lors des reportages sur la COVID-19.

Voici les facteurs qui pourraient influer sur les taux de dépistage et le pourcentage de positivé de COVID-19 observés dans les quartiers d’Ottawa :

  • Ruralité : Afin de prendre en compte les différences de taille des populations urbaines et rurales, des taux (c’est-à-dire le nombre de personnes testées pour 1000 habitants) sont indiqués. Comme les quartiers en milieux ruraux ont une plus petite population, leurs taux de dépistage seront plus susceptibles de varier.
  • Tests de dépistage : Les critères provinciaux pour le dépistage ont varié tout au long de la lutte contre la pandémie et ont été limités aux groupes prioritaires lorsque la capacité des laboratoires était limitée. De plus, les taux de dépistage ne sont pas uniformes dans l’ensemble de la ville : selon un rapport (en anglais seulement) de l’Institut de recherche en services de santé (IRSS), les Ontariens testés étaient plus susceptibles que ceux qui ne l’étaient pas de vivre dans un quartier marginalisé où l’instabilité résidentielle, la précarité matérielle et la dépendance sont plus importantes et où les revenus sont moins élevés.
  • Déterminants sociaux de la santé : Les déterminants sociaux de la santé, comme le revenu ou l’origine ethnique, peuvent contribuer aux différences dans la prévalence des maladies et les comportements de santé. Selon un rapport (en anglais seulement) de l’IRSS, les Ontariens ayant obtenu un résultat positif au test de dépistage de la COVID­19 étaient plus susceptibles de vivre dans des quartiers à faible revenu ou des quartiers comptant un pourcentage plus élevé de minorités visibles et de nouveaux immigrants.

La carte ci-dessous indique le quartier de résidence des Ottaviens qui ont subi des tests COVID-19 et ne reflète pas nécessairement l’endroit où les gens ont « contracté » le virus. L’exposition à la COVID-19 peut se produire partout où les gens se rassemblent, comme sur les lieux de travail ou dans les établissements de services ouvertes au public. La meilleure façon de réduire votre exposition à la COVID-19 est de mettre en pratique la distanciation physique avec les personnes qui ne partagent pas votre foyer, de porter un masque lorsqu’il est demandé et lorsque la distanciation ne peut être respectée, mais aussi de vous laver les mains régulièrement.

Vous pouvez télécharger le tableau de données de cette carte sur le site Ottawa Ouverte